Auf den Spuren der Habsburger

L'Autriche et la neutralité de la Confédération

Le château fort de Tarasp
Le château fort de Tarasp, centre d'une seigneurie qui reste autrichienne jusqu'en 1803.

Depuis les guerres de Bourgogne, la Confédération est de plus en plus sous l'influence du roi de France, qui sait gagner, par corruption, la faveur des autorités politiques des diverses localités, ainsi que celle de la diète. Dans les contrats de mercenaires avec la France, les Confédérés se réservent cependant de respecter l'empereur et le Saint Empire romain germanique, dont les privilèges leur assurent l'autonomie. Comme l'Empire constitue depuis le XVe siècle une partie de la force des Habsbourg, les Confédérés peuvent garder une position neutre face aux conflits européens entre la France et la Maison de Habsbourg-Autriche au XVIe/XVIIe siècle. Mais leur émancipation de l'Empire en 1648, instiguée par la France, soustrait les Confédérés de cette réserve, ce qui entraîne une dépendance de la Suisse envers la France, conforme au statut d'un pays satellite. La Suisse n'obtiendra une neutralité constitutionnelle qu'au congrès de Vienne.

Le bourgmestre de Bâle: Rodolphe Wettstein
Le bourgmestre de Bâle, Rodolphe Wettstein.
L'accueil des mercenaires
L'accueil des mercenaires suisses par le roi de France.

EN IMAGES

Représentation du premier duc d'Autriche dès 1156, Henri Jasomirgott. (Vitrail, Zisterzienserabtei Stift Heiligenkreuz, A-Heiligenkreuz)

Top 5

(Kopie 5)