Auf den Spuren der Habsburger

Conseillers et régentes de Charles Quint

Marie, la soeur de Charles
Marie, la soeur de Charles, ayant perdu son mari le roi Louis II de Hongrie lors de la bataille de Mohacs contre les Turcs en 1526, gardera ses vêtements de deuil toute sa vie, alors qu'elle est encore jeune, comme le fit sa tante Marguerite. Comme celle-ci, elle mène cependant une vie heureuse. Outre sa passion, la chasse au faucon, elle organise en sa qualité de régente des fêtes fastueuses, qui eurent déjà à l'époque un écho retentissant. (Paris, Musée des Arts Décoratifs).

C'est à la prudence et à la prévoyance de son grand-père Maximilien Ier que Charles Quint doit la chance d'avoir passé son enfance avec sa tante Marguerite, si intelligente, dans un pays des plus riches et dans une cour des plus somptueuses de l'époque: dans le duché de Bourgogne, la ville de Mecheln. Seuls les plus instruits étaient reçus à la cour de Marguerite.  Le premier professeur, et compagnon pendant de nombreuses années, de Charles est un théologien scolastique, Adrian d'Utrecht. Il influença de manière décisive la piété devenue célèbre de Charles. Guillaume de Croy, au service des Habsbourg depuis longtemps, prend en charge l'éducation politique du jeune souverain. Mercurina di Gattinara, ami piémontais et conseiller de Marguerite au temps de son séjour en Savoie, lui succède. Gattinara, cardinal et à partir de 1518 grand chancelier de Charles, conseille et conforte le jeune empereur dans sa démarche visant à établir une monarchie universelle fondée sur l'héritage de ses ancêtres.  

 

Mais c'est pendant le règne de Charles en tant que roi et empereur notamment que sa soeur Marie de Hongrie et sa femme Isabelle de Portugal acquérirent une importance non négligeable.  A la mort de Marguerite, Marie prend en charge la gouvernance des Pays-Bas pendant 25 ans. Isabelle, la favorite des espagnols, représente Charles en Castille.

Die Burgundische Hofkapelle
Malgré les nombreux devoirs seigneuriaux qui incombent au jeune Charles, il trouve le temps d'entretenir le riche héritage culturel de Bourgogne. Il reprend volontiers à son compte la chapelle de Philippe le Bon, qu'il représente à la cinquième génération de l'ordre des chervaliers de Bourgogne. Celle-ci fait fureur dans toute l'Europe.
Guillaume de Croy
Guillaume de Croy, seigneur de Chièvres, descend de l'ancienne noblesse bourguignonne du Hennegau. Sous Maximilien Ier et Philippe II, il avait déjà exercé des fonctions influentes. A cause de ses relations amicales avec la France, il n'a jamais pu gagner les faveurs de Marguerite et de sa cour. Il attirait Charles par son côté paternel. En 1517, il accompagne Charles en Espagne et devient à ce moment un de ses principaux conseillers. (Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts Belgique).

EN IMAGES

Représentation du premier duc d'Autriche dès 1156, Henri Jasomirgott. (Vitrail, Zisterzienserabtei Stift Heiligenkreuz, A-Heiligenkreuz)

Top 5

(Kopie 5)