Auf den Spuren der Habsburger

Marguerite d'Autriche

Le roi Philippe Ier, père de Charles
Le roi Philippe Ier, dit "le Beau", de Castille, père de Charles. Il doit son titre de roi et son pouvoir à sa femme Jeanne. Après sa mort en 1506, ses compatriotes, même les plus discrets espagnols, aiment à se souvenir de ce bon vivant qui incarnait la beauté par sa stature droite et sa magnifique chevelure blonde. (Ecole flamande, vers 1496).

L'archiduchesse Marguerite d'Autriche est considĂ©rĂ©e Ă  juste titre comme la plus grande souveraine de la Renaissance. A tout juste 27 ans, elle a dĂ©jĂ  vĂ©cu une vie mouvementĂ©e et possède un cheptel d'expĂ©riences ainsi qu'une grande culture politique et culturelle. En Ă©lève docile de la rĂ©gente française Anne de Beaujeu puis en reine et veuve Ă  la cour des rois catholiques d'Espagne, elle s'occupe rapidement des relations diplomatiques avec les grands seigneurs d'Europe. Mais c'est notamment ses fonctions de duchesse de Savoie - son deuxième mari Philibert de Savoie Ă©tait hostile Ă  toute activitĂ© politique- qui lui permirent d'accomplir courageusement ses dernières obligations pour la maison des Habsbourg: Ă©lever son neveu Charles pour qu'il devienne un noble de Bourgogne au premier rang europĂ©en et assurer la rĂ©gence du duchĂ© de Bourgogne jusqu'Ă  la majoritĂ© de celui-ci. Ceci n'Ă©tait pas une mince affaire Ă©tant donnĂ© les espoirs et les jalousies qui pesaient dĂ©jĂ  sur le jeune duc de Bourgogne et dauphin d'Espagne.

 

C'est grâce Ă  la personnalitĂ© de Marguerite que Charles et ses jeunes soeurs purent jouir non seulement des encouragements de leur tante, mais aussi trouver une mère d'adoption et amie affectueuse, qui les conseillera encore jusqu'Ă  un âge avancĂ©.

Le Duc Philippe III.
Le duc Philippe III de Bourgogne, dit "le Bon" fonde en 1431 l'ordre de la Toison d'Or. Depuis, l'ordre est connu comme refuge des vertus chevalières, l'appartenance comme le plus grand honneur, qui est exprimée par la chaine de l'ordre. Charles, ici sur la page de titre fastueuse des statuts, préside l'ordre à déjà neuf ans, en tant que duc de Bourgogne, et poursuit la tradition. ( Vienne, Bibliothèque Nationale d'Autriche)
Marguerite avec sa robe de deuil.
Marguerite a gardé sa robe de veuvage toute sa vie. Mais le deuil de son cher Philibert ne l'empêche pas de mener une vie de fastes dans son château de Malines (Mecheln), selon la vieille tradition des ducs de Bourgogne. En même temps, son château est considéré comme le premier château de muses au nord des Alpes, qui n'a pas besoin de rougir de la comparaison avec les châteaux italiens de la Renaissance D'Este ou Gonzaga. (Vienne, Musée d'Histoire de l'Art).

EN IMAGES

Représentation du premier duc d'Autriche dès 1156, Henri Jasomirgott. (Vitrail, Zisterzienserabtei Stift Heiligenkreuz, A-Heiligenkreuz)

Top 5

(Kopie 5)