Auf den Spuren der Habsburger

La rénovation de l'Eglise

Portrait de Charles
Ce portrait immortalise Charles après la bataille victorieuse de Mühlberg en 1547 comme un soldat de Dieu. C'est lors de cette bataille que Charles obtint la victoire définitive contre l'alliance des princes protestants. Cependant cette victoire sur le champ de bataille a fait place à une défaite diplomatique. (Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique).

Au XVIème siècle, le nombre toujours plus grand de critiques de l'Eglise et l'appel à la paix et à la tolérance des humanistes poussent l'empereur Charles Quint à envisager des réformes. Charles est attentif à la défense de Martin Luther lors de la diète de Worms en 1521. Il essaie de concilier les oppositions confessionnelles en accordant des concessions aux protestants et demande à plusieurs reprises au Pape d'organiser un concile pour l'abandon des irrégularités reconnues de l'Eglise. Il ne peut cependant pas tolérer une remise en question fondamtenale de la foi transmise de siècle en siècle, liée de manière indissoluble à l'autorité de l'Eglise et du Pape ainsi qu'au devoir de loyauté et à l'hommage des sujets envers leur seigneur et le guide universel de la chrétienté. Charles lui-même se soumet à cet ordre divin et remet toujours sa vie et sa santé, pendant les guerres, à la protection de ses sujets.

 

La sévérité avec laquelle Charles défend la "foi véritable" ainsi que sa propre piété semble aujourd'hui incompréhensible: en effet, il en résulte non seulement l'excommunication de Luther et des siens, mais aussi le consentement impérial pour la persecution cruelle des incroyants, au cours de la Reconquistà, de l'Inquisition ou des missions du Nouveau Monde.  

Accord de paix d'Augsburg
C'est à la diète d'Augsburg en 1555 que la paix d'Augsburg, paix des religions, a été conclue. Ainsi les princes obtinrent le droit de décider eux-même de la religion de leur seigneurie et de l'estimer plus importante que le souhait de l'empereur d'une religion unique pour l'empire. L'église protestante régionale est alors inaugurée et la souveraineté de l'empereur et du Pape pour les questions religieuses est affaiblie de manière irreversible.
Adrian d'Utrecht
Adrian d'Utrecht, humaniste et théologue considéré, est né à Utrecht en 1459 et a été appelé à la cour de Mecheln comme précepteur de Charles, alors âgé de sept ans. Pendant sa carrière au service du roi et de l'empereur, il est élu Pape en 1522. Il est représenté ici en tant que Pape Hadrian VI. Ce n'est qu'alors que les deux amis se divisent sur la question de savoir qui du Pape ou de l'empereur a la prérogative de pouvoir rénover l'Eglise.

EN IMAGES

Représentation du premier duc d'Autriche dès 1156, Henri Jasomirgott. (Vitrail, Zisterzienserabtei Stift Heiligenkreuz, A-Heiligenkreuz)

Top 5

(Kopie 5)