Auf den Spuren der Habsburger

A voir...

Le pont-levis
Le pont-levis

Une ruine imposante

Quand vous vous tenez devant le château, vous ressentez l'impression imposante qu'il donne de l'extĂ©rieur. Des hauts et forts remparts de pierre rouge avec d'Ă©troites meurtrières entourent le château. Seule une porte permet aujourd'hui au touriste de pĂ©nĂ©trer dedans. C'Ă©tait autrefois un obstacle insurmontable pour les visiteurs indĂ©sirables.  

La porte

Lorsque la porte est ouverte, on rentre sans problème dans le château, qui reprĂ©sente près de 900 ans d'architecture. On passe sous les armes des Hohenzollern et des Tierstein. Ces insignes de souverainetĂ© sont mises en valeur par un encorbellement, duquel on jetait des pierre, de l'eau bouillante ou de la poix brĂ»lante sur les envahisseurs.

L'escalier

Un escalier en colimaçon conduit au permier étage. On reconnait les pierres travaillées machinalement au temps de la Restauration. Le portail est habillé des armes des Tierstein.

La salle impériale

La salle impĂ©riale est la plus grande pièce, en surface et en hauteur. Les rĂ©fĂ©rences Ă  l'histoire du château, au Saint Empire Romain et au propriĂ©taire, l'empereur Guillaume II de Hohenzollern, rapellĂ©es par les peintures et les autres dĂ©corations de la pièce, sont nombreuses. 

Les canons

Les vieux canons
Les vieux canons

Le Haut-Koenigsbourg Ă©tait tout d'abord une rĂ©sidence pour deux familles nobles et leurs gens. Naturellement, il Ă©tait plus facile, par sa situation, Ă  dĂ©fendre que s'il avait Ă©tĂ© dans la plaine du Rhin. 

Les canons prĂ©sentĂ©s sur le rempart, copies de la Renaissance jusqu'au XIXe siècle, n'ont pas pu changer l'histoire du château. MalgrĂ© tous les efforts livrĂ©s, il a Ă©tĂ© pris par le troupes suĂ©doises, lors de la Guerre de Trente ans, et brĂ»lĂ©. 

EN IMAGES

Représentation du premier duc d'Autriche dès 1156, Henri Jasomirgott. (Vitrail, Zisterzienserabtei Stift Heiligenkreuz, A-Heiligenkreuz)

Top 5

(Kopie 5)