Auf den Spuren der Habsburger

Un week-end entre Bâle, Colmar et Nancy

Sigismond du Tyrol dit le Riche fut, bien que son nom ne le laisse peu pressentir, un homme pauvre. Il régna non seulement sur le Tyrol, mais aussi sur l'Alsace. Afin de pouvoir s'acquitter de ses multiples dettes, il mit finalement en gage les pays habsbourgeois d'origine en Alsace auprès de l'homme le plus riche de cette époque, le duc de Bourgogne Charles le Téméraire. Le gage devant lui rapporter encore plus d'argent et afin de l'extorquer aux Alsaciens, il désigna comme bailli un petit seigneur haineux: Pierre de Hagenbach. Celui-ci pilla non seulement l'Alsace, mais Bâle aussi entendit de sa bouche que la ville deviendrait bientôt à son tour bourguignonne. Et ce qu'il fallait comprendre par là, on pouvait le constater lors des expéditions guerrières des Bourguignons qui dépassaient de loin en cruauté la manière habituelle de faire la guerre de l'époque. Les entreprises de Charles le Téméraire, qui se fit même déjà fabriquer par précaution une couronne impériale en vue de son brillant avenir, ne furent toutefois pas couronnées de succès. Toute l'Europe s'associa contre ce souverain avide de pouvoir et c'est à l'habileté diplomatique du futur "Saint national" helvétique, Nicolas de Flue, que l'on doit même le rapprochement avec la ‘Paix perpétuelle' des anciens ennemis jurés, l'Autriche et la Confédération helvétique, en lutte contre le défi bourguignon. La fin des rêves bourguignons est rapidement racontée. Comme le dit l'expression, Charles le Téméraire perdit en trois étapes: 'à Grandson le courage, à Morat ses biens, à Nancy le sang'. Le spectre pris fin en 1477 et le plus grand problème fut la répartition de cet immense butin. La vie du seigneur de Hagenbach toucha bien auparavant à sa fin. Il avait imposé à la ville de Bâle le blocage du commerce des grains, c.-à-d. que toutes les importations venant d'Alsace étaient arrêtées. Il avait également fait marcher des armées bourguignonnes sur Colmar, Sélestat et Brisach. Il fut cependant arrêté au printemps 1474 à Brisach par le peuple en colère et ni ses gardes du corps, ni son duc qui était justement occupé par une expédition guerrière contre Cologne ne purent encore faire quelque chose pour lui. Il fut jugé à Brisach et condamné à mort par les villes alliées de Bâle, Colmar, Strasbourg et Sélestat. Il ne servit alors à rien que Hagenbach prétende n'avoir agi que sur instruction de son maître.

1e journée: Bâle

Notre voyage débute à Bâle. Nous nous retrouvons entre 9 h et 9 h 30 à l'hôtel Euler. Nous nous rendons ensuite sur la place de la cathédrale, visitons la cathédrale et éclairons les rapports qui ne furent pas toujours simples entre Bâle et les Habsbourg. Les souvenirs de l'époque du siège de la ville par Rodolphe de Habsbourg se réveillent alors, lorsque l'assiégeant fut élu de manière inespérée roi de Germanie. Il faut également rappeler la relation sentimentale de la reine Anne de Habsbourg avec sa ville préférée qui fut déjà désignée comme la nouvelle capitale de l'empire des Habsbourg, lorsque le roi se décida à conquérir l'Autriche récalcitrante. Mais il faut alors mentionner également les grandes guerres aristocratiques ou le tournoi de 1376 appelé "böse Fasnacht" où s'exprima fortement l'antagonisme entre la bourgeoisie en plein développement et la noblesse bien disposée à l'égard des Habsbourg. Cet ancien antagonisme fut oublié à l'époque de la menace bourguignonne. Car il s'agissait tout simplement de défendre la ville contre la menace venue du Nord.

Ensisheim

Nous partons de Bâle en autocar pour Ensisheim. Ensisheim fut jusqu'à la guerre de Trente Ans le siège de la diète d'Autriche antérieure et la principale localité des pays d'Autriche antérieure. Lorsque l'Alsace fut donnée en gage à la Bourgogne, Pierre de Hagenbach s'y installa et entreprit ses campagnes de pillage depuis Ensisheim. De la splendeur passée, il ne reste presque plus que l'édifice de la diète, où un petit musée rappelle le grand passé.

Colmar

Notre route continue sur Colmar, une des plus charmantes villes d'Alsace. Une promenade en ville nous conduit à travers la splendide vieille ville jusque dans l'ancien quartier des tanneurs qui est appelé "Petite Venise" à cause de ses nombreux cours d'eau. Au musée d'Unterlinden, nous pouvons admirer les chefs d'œuvre tout à fait particuliers de la peinture du Haut-Rhin: le retable d'Issenheim de Mathias Grünewald et le retable de la Passion de Martin Schongauer. Les deux œuvres d'art sont nées peu après la défaite de Charles le Téméraire. En plus de ces trésors, la fière ville de Colmar expose aussi la hache avec laquelle le grand bailli Pierre de Hagenbach fut exécuté.

Nancy

Le soir, nous partons finalement pour Nancy, la capitale de la Lorraine. Nous habitons au Grand Hôtel de la Reine sur la place royale Stanislas et nous nous laissons choyer par la cuisine couronnée d'étoiles Michelin de cette maison de première qualité.

2e journée: Nancy: le palais ducal

Peu de personnes connaissent Nancy, une des plus belles métropoles d'Europe. Depuis 2000 ans se rencontrent ici les civilisations celtique et germanique, française et allemande. C'est ici qu'est visible l'histoire instable de l'Europe avec tout son faste et sa misère, sa splendeur et sa richesse. Les ducs lorrains fondèrent une magnifique ville du Moyen-Âge. Le roi Stanislas fit ériger au 18e s. le plus bel ouvrage urbain de son époque et fit créer par ses cuisiniers des mets délicats, tel que le baba au rhum ou les bouchées à la reine. Au début du vingtième siècle, ce sont ensuite les grands maîtres de l'art nouveau tels que Daum, Gruber ou Gallé, qui y exercent.
Nous voyons tout d'abord l'histoire de la Lorraine dans le palais ducal du Moyen-Âge. C'est ici que se précise le cours que l'histoire aurait pu suivre, si les rêves de grande puissance de Charles le Téméraire s'étaient réalisés.

Nancy: visite guidée de la ville historique

Mais Nancy n'est pas seulement une ville du Moyen-Âge et un symbole de la réussite de l'alliance entre la Lorraine, les Habsbourg et les Confédérés. Nancy a également déjà jouée une autre fois un rôle important dans l'histoire des Habsbourg. C'est l'épisode qui raconte comment la Lorraine en arriva à un roi polonais, Marie-Thérèse à son époux bien aimé François-Ferdinand et la Toscane à un nouveau duc. Nous vous racontons cette histoire sur place, pendant que nous contemplons la fastueuse extension de la ville que le bon roi Stanislas fit bâtir avec l'argente de son gendre, le roi français Louis XV.
Mais il s'agit ensuite de prendre congé et de rentrer chez soi. Nous arriverons à Bâle entre 18 h et 19 h.

Nos prestations:

Aller et retour en minibus,
Nuit au 'Grand Hôtel de la Reine' à Nancy, la meilleure adresse de la place (chambre double avec petit-déjeuner; nous organisons volontiers sur demande une chambre individuelle contre un supplément individuel),
Dîner au 'Stanislas' couronné par Michelin (sans les boissons),
Entrées au musée Unterlinden de Colmar et dans le palais ducal de Nancy,
Promenades guidées.

Conditions:

Le voyage est prévu pour des groupes de 10 à 15 personnes.
Les conditions générales de contrat et de vente de Zeitreisen font autorité.
Sous réserve de modifications de prix et de programme.

Organisateur

Herr lic.iur. Reinhard Zweidler
Stellung: Geschäftsführer
 
Nadelberg 32
CH-4051 Basel
0041 - 061 - 263 23 37
0041 - 061 - 263 23 38
zweidler@aol.com

Startet den Datei-DownloadUnsere AGB

Dates:

Vous pouvez décider vous-mêmes en tant que groupe privé de votre date de voyage.

EN IMAGES

Représentation du premier duc d'Autriche dès 1156, Henri Jasomirgott. (Vitrail, Zisterzienserabtei Stift Heiligenkreuz, A-Heiligenkreuz)

Top 5

(Kopie 5)